Top tips LSPs can share with their clients to speed up file prep – Part 2

Les meilleurs conseils que les prestataires de services linguistiques peuvent partager avec leurs clients pour accélérer la préparation des fichiers - Partie 2

Dans la première partie de ce blog, à laquelle vous pouvez accéder ici si vous n'avez pas eu l'occasion de la lire, j'ai évoqué certains des problèmes courants rencontrés par les traducteurs et les chefs de projet travaillant pour des prestataires de services linguistiques. Vous y trouverez également des conseils sur la préparation des fichiers que vous pourrez facilement partager avec vos clients afin de simplifier cette phase du processus de traduction.

Lisez la première partie sur « Les meilleurs conseils que les prestataires de services linguistiques peuvent partager avec leurs clients pour accélérer la préparation des fichiers », déjà disponible → 

En plus des recommandations plus générales que j'ai présentées, voici quelques informations plus utiles concernant certains types de fichiers spécifiques.

Comment traiter le contenu CMS

Lors de l'exportation de contenu à traduire à partir d'un CMS (système de gestion de contenu) ou d'un PIM (gestion des informations produit), le format XML est toujours préféré à Excel. Même en 2019, les cellules Excel sont limitées à un nombre maximum de caractères. Par conséquent, lorsque le texte est plus long dans la version traduite, il se peut que le contenu ne corresponde pas à la limitation des cellules Excel et soit donc coupé. En outre, le format XML est beaucoup plus facile à configurer en tant que format traduisible que les codes HTML intégrés dans les cellules Excel et, dans la plupart des cas, la segmentation dans l'éditeur de traduction sera plus efficace avec XML dès le début.

Conseils pour le traitement de fichiers à partir d'applications de publication assistée par ordinateur

Lors de la réception de fichiers à partir d'un logiciel de publication assistée par ordinateur comme InDesign et QuarkXPress, je recommande d'appliquer les meilleures pratiques suivantes : 

  1. Utilisez des calques pour séparer le texte à traduire du texte qui ne doit pas être traduit.
  2. Utilisez l'éditeur de tableau intégré plutôt que les onglets pour créer des tableaux. Laissez suffisamment d'espace pour l'expansion des en-têtes de tableau. 
  3. Évitez de créer des documents multilingues (un calque par langue) car cela rend les documents plus volumineux et donc plus difficiles à manipuler sur des ordinateurs moins puissants. Et surtout, si vous souhaitez que ce document soit traduit en plusieurs langues, la traduction ne peut se faire que de façon séquentielle, c'est-à-dire une langue après l'autre. Vous ne pourrez pas envoyer facilement le même document à plusieurs traducteurs pour traduction dans plusieurs langues en même temps et regrouper toutes les versions traduites dans le même fichier par la suite. Dans ce cas, il est beaucoup plus facile de partir d'un document par langue.

Conseils pour le traitement de fichiers à partir d'applications Microsoft Office

  1. Évitez les longs blocs de texte dans les cellules de tableau. Dans Excel, elles sont limitées à 32 767 caractères par cellule. 
  2. Lorsque vous travaillez avec MS Word ou PowerPoint, séparez le texte à traduire du texte à ne pas traduire à l'aide des styles ou de la fonction texte masqué. Pour les documents Excel, indiquez toujours au traducteur quelle ligne/colonne contient le texte à traduire et laquelle contient le texte à ne pas traduire. Ne masquez pas les colonnes ou les lignes que vous souhaitez traduire, car elles ne seront pas importées dans l'éditeur de traduction. 
  3. Lors de l'utilisation de macros, évitez de coder le texte traduisible dans le code VBA. 
  4. Dans l'idéal, acceptez tous les suivis des modifications avant de transmettre les documents à la traduction.
  5. Évitez d'utiliser les anciens formats de fichiers binaires (DOC, XLS et PPT) plutôt que les équivalents modernes (DOCX, XLSX, PPTX). 
  6. Évitez d'utiliser Microsoft Publisher dans la mesure du possible. Utilisez plutôt InDesign (ou QuarkXPress), car aucun filtre de type de fichier fiable n'est disponible pour le moment sur MS Publisher, ce qui implique toujours un travail de post-traitement fastidieux.

Découvrez comment simplifier la préparation des fichiers dans notre série de conférences Web

Si vous souhaitez améliorer vos compétences en matière de préparation de différents types de fichiers, y compris les types de fichiers personnalisés, suivez la série de conférences Web de SDL à laquelle je participerai en septembre, intitulée Traitement des fichiers simplifié pour les prestataires de services linguistiques. Découvrez les meilleures pratiques sur la mise en forme des fichiers avant la traduction, la création de types de fichiers personnalisés et bien plus encore. 

En septembre, rejoignez-moi pour la série de conférences Web de SDL sur la préparation de fichiers →