SDL sm Many face -of a translation pm

Les multiples facettes de la vie d'un chef de projet de traduction

Le monde des services linguistiques a connu une croissance extraordinaire au cours de ces dernières années. Pour tenir le rythme et continuer à s’adapter, les professionnels du secteur voient leur rôle évoluer vers plus de souplesse et de richesse sur le plan des compétences.

Parmi tous les spécialistes concernés par un projet de traduction, trois figures principales émergent : le traducteur, indépendant ou salarié en interne ; c’est lui l’artiste et le protagoniste ; le client (direct ou indirect), qui est le commanditaire final des travaux par lesquels il cherche à acquérir une visibilité à l’échelle mondiale ; et enfin, l’agence de traduction, monolingue ou multilingue, qui joue le rôle de l’intermédiaire qui orchestre tout le processus en employant différents professionnels.

Le responsable de la localisation travaille souvent, mais pas toujours, au sein des agences.

Qui est donc le chef de projet (ou le responsable de la localisation) ? Et qu’implique la gestion de projet aujourd’hui ?

En bref, le chef de projet est le chef d’orchestre qui organise l’ensemble du projet et son processus, prenant en charge toutes les responsabilités s’y rapportant, mais recevant en retour toutes les distinctions.

Une industrie en mutation

Jadis, les chefs de projet étaient à peine plus que des boîtes aux lettres : ils recevaient habituellement une demande de traduction, l’analysaient (type de texte, combinaison linguistique, coûts, délai), la transmettaient à divers professionnels (traducteur, relecteur, réviseur) et enfin la remettaient au client. Cela, c’était avant. Depuis, toute une série d’évolutions a révolutionné le concept même de gestion de projet.

Le monde réel change presque aussi rapidement que le monde virtuel, les nouvelles technologies semblent avoir aboli les frontières : tout est possible et accessible à tous. Dans ce tsunami quotidien, les chefs de projet doivent s’adapter et développer des compétences très diverses et en même temps essentielles. Il y va de leur survie. Plus les chefs de projet seront hautement spécialisés, plus ils tiendront un rôle crucial dans le succès et la qualité d’un projet ainsi que dans la satisfaction du client.

Le diplomate

Aujourd’hui, les chefs de projet doivent avant tout se comporter en diplomates et savoir communiquer, majoritairement en anglais. Ils constituent fréquemment l’unique interface entre le client, le traducteur, le relecteur, l’ingénieur, le service comptabilité, entre autres professionnels. Ils doivent faire attention à ce qu’ils écrivent et surtout à la façon dont ils le font : ils doivent être clairs et adopter le ton approprié selon le destinataire, tout en gardant à l’esprit que le principal moyen pour gérer l’intégralité des relations reste l’écrit.

Le médiateur

Les bons chefs de projet savent qu’ils remplissent une mission de médiation constante (même avec eux-mêmes !) afin d’assurer une relation correcte avec le client, d’une part, et avec l’équipe de traduction d’autre part. Alors que dans certains cas, ils peuvent être amenés à prendre une position ferme, imposant une certaine autorité, dans d’autres contextes, ils restituent les différents points de vue des parties prenantes.

Le psychologue

Les chefs de projet d’aujourd’hui fonctionnent un peu comme des psychologues, devant analyser soigneusement tous les aspects du projet et des interactions que celui-ci crée. Tout d’abord, les aspects pratiques tels que le type de texte, le sujet, l’outil de TAO, nécessaire, le calendrier, le budget et toutes les difficultés et conséquences afférentes. Une fois cette première analyse achevée, l’objectif est normalement identifié et il ne reste plus qu’à l’atteindre. C’est précisément là que l’as de la gestion de projet se démarque des autres. Les vrais professionnels savent que comprendre leurs clients et leurs fournisseurs est capital. Ils doivent cerner les personnes, parfois basées à l’autre bout du monde, sans les rencontrer physiquement. Ils prennent la température pour déterminer quel comportement adopter : une communication informelle, un appel téléphonique ou une émoticône insérée dans un e-mail peut détendre l’atmosphère et favoriser les relations avec les personnes les plus empathiques tandis que des e-mails courts et clairs, plus sobres, sont nécessaires pour rassurer les personnalités plus rigoureuses.

Grâce aux nombreuses possibilités qu’offre le travail à distance, le chef de projet travaille souvent avec des traducteurs indépendants situés dans différentes parties du monde et absorbés par leur propre quotidien, fait de petits problèmes et frustrations. Dans de nombreux cas, les traducteurs ont besoin d’être en relation avec le chef de projet pour discuter d’un problème ou tout simplement bavarder un instant, par téléphone souvent : le chef de projet écoute (cela peut parfois suffire), propose une solution et conclut la conversation, tout comme le ferait un psychologue d’une session de thérapie au bout d’une heure.

Ainsi, la gestion de projets englobe des rôles multiples, certains bien définis et d’autres nécessairement plus flous. Chaque jour est différent. Les chefs de projet font face à un stress constant, mais cela les incite à dépasser leurs limites quotidiennement, en tant que professionnels et en tant qu’êtres humains. Ils peuvent aller plus loin, se réinventer eux-mêmes ainsi que leurs méthodes : ils ont le choix de révolutionner, de normaliser ou d’automatiser tout processus, en fonction des besoins du moment.

Leur travail reflète un secteur qui se transforme en permanence.

Pour en savoir plus sur les principaux défis en gestion de projet qui ont été résolus, cliquez ici.